Dia de Muertos … la vie après la mort

/ Vincent Isoré

Ce sujet réalisé en octobre 2016 dans un cimetière de Tepepan, un village pittoresque « englouti » par la tentaculaire banlieue de Mexico, nous transporte tout au long d’une nuit aux cotés des esprits des défunts, alors entourés par leurs proches pour célébrer l’incontournable    « Dia de Muertos », le Jour des Morts.                                  

Ce soir là, le lieu n’a alors rien de triste ou de lugubre, c’est d’ailleurs tout le contraire. La lumière des bougies et la couleur des « Cempasuchil » viennent emplir le site de vie et produisent en même temps une certaine paix intérieure.

Pour chaque mexicain qui veille sur la sépulture, c’est l’occasion de passer un moment de complicité avec ces ancêtres. On prend soin des tombes, on apporte de la nourriture, on chante ou on parle avec un grand père disparu tout en trinquant avec sa boisson préférée. Aux détours des allées du « Panteon », on partage alors des moments d’intimité de manière presque inattendue avec des familles au regard bienveillant. Un peu plus tard dans la nuit, l’influence du voisin, les Etats Unis, fait son apparition, quand certains déguisements d’Halloween viennent ponctuer des moments de convivialité.

Le Fête des Morts est un fait culturel bien propre au Mexique. Cette expérience permet pour une part de saisir l’âme très spirituelle du pays qui donne une place particulière au passage de la vie à la mort, et d’une manière plus large de comprendre la perception de « l’existence » en Amérique Latine. Il n’y a pas de place pour la tristesse cette nuit-là, on ne retrouve pas la nostalgie qui accompagne communément la Toussaint sur le vieux continent.

Au petit matin, on comprend pourquoi les mexicains se plaisent à dire qu’ils aiment tourner en dérision la mort, pour eux c’est un moyen de se persuader que la mort n’a rien d’effrayant car elle est la seule certitude de toute existence.

version anglaise